C’est pas qu’on s’ennuie...
Accueil du site > HATA MARIE > • hata marie - Chroniques et dialogues en Berry : chapitre 2

• hata marie - Chroniques et dialogues en Berry : chapitre 2

vendredi 24 juillet 2015, par clf

Paris 24H chrono ... Visite ophtalmo.
Lundi 5 janvier 2015. Ça commence mal ...Trajet Argenton sur Creuse > Châteauroux :
Heureusement qu’on est à l’avance, le train indiqué sur les billets, et qu’on doit prendre à 09:36 part en fait à ... 09:10 ! SNCF : tout est possible ! Et ça s’améliore ...
A Châteauroux : le train pour Paris est HS. La locomotive a rendu l’âme, me dit un agent.
Et il n’y a pas de médecin en région pour la ranimer ? Je lui demande. Voilà vos options dit-il sèchement : bus, 4 heures, ou aller à Orléans en espérant une liaison. C’est cette dernière qu’on a choisie. Gordon a demandé s’il y a une liaison pour ... La Nouvelle Zélande ! Je passe sur la réponse de l’agent ! Malin, j’ai appelé Jacky pour qu’il vérifie en ligne s’il y un train à partir de Vierzon.
Bingo ! Oui, et bon timing.
C’était sans compter sur la SNCF : le train a du retard et il fait - 56° sur le quai ! On s’est rabattu en sous-sol. Mais il arrive, sauf qu’il fera le trajet jusqu’à Paris à ... 30KM/H, problème électrique !
On avait déjà du mal à avoir un train, et Gordon jouait les méchantes Mammy Nova de la pub. : il voulait absolument s’assoir dans le sens de la marche ! Vu les petits trajets ridicules qu’on s’est tapé, c’était pratique...
Une pétasse radote au portable, elle me soûle. J’ai déclenché la sonnerie horrible de mon portable en boucle. Vous ne répondez pas ? Me demande-t-elle. Non, j’ai répondu, jusqu’à Paris ! Elle a changé de voiture !
On finit par se rapprocher de se qui ressemble à Paris, attardé par les ... Six valises de Gordon pour une seule nuit !
Je speede : hôtel, ophtalmo. : 14 h, et j’ai perdu le N° de Jens-Peter, mon ami et pasteur allemand que je dois appeler pour se voir ! J’espère qu’il ne m’attendra pas a la sortie métro La Chapelle. Il aurait dû me donner l’adresse exacte comme je l’ai demandé.
A l’hôtel le réceptionniste s’est inventé un Français propre à lui, j’ai vaguement compris qu’on a une chambre quelque part entre le 2 et le 12 étage ! Il dois être Polonais ou quelque chose comme ça, comme dirait Bedos ! _ Il m’a dit : le PD est servi de 7 à 11. J’ai dit : pardon ?!!! Il a répondu : abréviation du Petit Déjeuner pour les hôteliers ! Vous me rassurez, je réponds.
Je laisse Gordon monter dans la chambre et je fonce au métro où je n’arrive pas à le joindre pour demander comment est la chambre. C’est un peu près sûr qu’il a pris le lit côté fenêtre pour me laisser côté chiottes !
Métro glauque jusqu’à rue Margueritte, Dr Le François, angle Boutique Fauchon ! Ça change du métro Stalingrad où j’ai changé de ligne ! Je suis devant Fauchon ... Pour sécher complètement la salive, ils ont ajouté à côté... _ Un "petit bistro" Petrossian : caviar à la louche ! Et malaise des clients qui s’étouffent.
Ophtalmo. Les bonnes nouvelles continuent :
la cataracte attaque maintenant le bon oeil droit aussi, le seul qui me permet de voir.
J’attends dans la salle d’attente la dilatation des yeux pour un deuxième examen.
Je ferai bien un saut chez Petrossian ! Même aveugle, surtout aveugle !
Devant moi dans la salle une Marie-Chantal vérolée et un Charles-Edmond Parkinsonisé, son mari apparemment. Elle lui aboie : ce n’est pas une question, c’est une affirmation ! Il continue de secouer sa tête. J’ai dit : pauvre conne, vous ne voyez pas qu’il ne se rappelle même plus son nom ?!!! Non, je n’ai rien dit !
Impossible de joindre Gordon, j’ai beau lui dire quinze fois d’allumer son foutu portable et de répondre, rien à faire ! Je me demande où il sévit dans Paris à - 16° ! J’adore la météo qui a annoncé hier soir une journée printanière ! Retour à l’hôtel. Comme je m’y attendais, Gordon s’est choisi le lit côté fenêtre, et occupe déjà 99,99% de la surface ! Et je trébuche sur les 6 valises...
Ah, j’ai pensé à apporter ton cendrier portatif, me dit-il, pour se racheter, et amplifier mon futur cancer du fumeur !
En rentrant à l’hôtel il était impossible de trouver une boulangerie française. Une chinoise m’a vendu un objet phallique et indéfinissable. Rouleau du printemps, dit-elle, mais printemps pékinois !!! Il y a une poubelle à la sortie de son restaurant pour toute nourriture à emporter ! Impossible de manger cette chose, j’en ai mis partout dans mon lit, on dirait des vers : soja transgénique sûrement...
Gordon s’est fait un thé dans la chambre pour accompagner le ... Gâteau de Marthe, âgé de 15 jours, et il fonce déja au ... BHV !!! je n’invente pas. Pas de remboursement cette fois ! Il m’a montré un objet qu’il veut acheter, j’ai demandé : on ne trouve pas chez toi dans toute la Charente et Charente Maritime une queue de rat ? Ça s’appelle comme ça en Français, Gordon. C’est Christophe LF qui me l’a appris.
Je le retrouverai à 18h devant le ... BHV ! Une obsession. Je soupçonne quelque chose !
Je m’endors. Merde ! Le portable me réveille. Mon pasteur. Retour au métro La Chapelle pour un café. Je ne pouvais pas refuser. Il viendra cet été à Sèvres avec sa femme handicapée, la pauvre Connie.
Dîner rapide, même pizza - sans vomis vert, cette fois - et retour à l’hôtel. On géle.
J’essaye de dormir. Le couple d’Anglais insipide au-dessus a décidé de faire une partie de billes (marble balls in English, pour ceux qui...) avec leur progéniture. Ah, je pense que c’est la progéniture qui gagne ! Hurlement à tue-tête.
Gordon dort comme un vieux bébé. Je m’approche de lui, et je mets mes doigts devant ses narines pour vérifier qu’il respire, qu’il vit encore. Quoi qu’il a bien pensé à apporter mon cendrier portatif, il m’avait interdit de fumer dans la chambre ! Aussi, je profite de son coma pour fumer comme un pompier ! Dans le noir. Je partage tout, même le futur cancer ! PD ( l’abréviation ) : Gordon ne sait plus où donner de la tête autour du buffet ! Deux plateaux remplis ! Et même les poches ! J’ai fait comme si l’on n’était pas ensemble, mais il n’arretait pas de me parler en Anglais. J’ai répondu : I do not speak English. Comme il insiste, j’ai dit : Gimme a fucking break ! Les Anglais insipides et leur progéniture m’ont regardé, chocking !
Départ.
Dans le trains, devant le buffet du PD ( l’abréviation ) volé par Gordon et ... _ Le reste du gâteau de Marthe qui donne un avant-goût du Berry, de Voleuse, de Boule et les filles ...
Et le début d’un poème qui germe dans ma tête :
....
Je n’ai jamais menti au ciel
Que je souhaite plus bas
Ni trahi l’amitié des pinèdes
Que je désire plus hautes
....

Je vide mes poches avec frénésie, tickets de métro, kleenex, bouts de papier, c’est comme si je me défais de toute saleté parisienne.
Je me rends compte à quel point l’épuisement parisien montre que Gordon vieillit, et à quel point je suis devenu ochlophobe.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0