C’est pas qu’on s’ennuie...
Accueil du site > HATA MARIE > • hata marie - Chroniques et dialogues en Berry : le récit d’un séjour à (...)

• hata marie - Chroniques et dialogues en Berry : le récit d’un séjour à Paris. Chapitre 1

vendredi 24 juillet 2015, par clf

Vendredi 28 nov. 08 heures.
Départ : Sèvres > Argenton sur Creuse.
Jusqu’à ici tout va bien. Mais le problème n’est pas la chute, C’est ... L’atterrissage !
Tristesse : il n’a ni appelé, ni envoyé de mails ... Voleuse !
Je ne suis pas encore parti, et je n’ai qu’une envie : retourner à Sèvres !
C’est peut-être à cause de mon manteau en cuir qui pèse trois tonnes !

Paris.
Atterrissage.
Vendredi :
Je constate que la délicatesse s’améliore à Paris. Des femmes plus viriles que Schwartzeneger, dont une, ridicule, qui a ajouté à son sac à main qui fait 15CM de côté, des roulettes ! Il faut la voir passer avec ça a travers le tourniquet du métro. Un vrai Terminator. Des hommes dont l’indécence et la vulgarité rivalisent avec mes paillassons à Sèvres ! Des visages aussi affables, ouverts et aimables que l’entrée principale de Fresnes. Tous guidés par la Trinité : je, moi-même, personnellement.
Et devant mon immeuble, des prostituées chinoises maquillées comme des fourgonnettes volées, dont le sex-appeal n’a d’égal que celui d’une Drag-queen canadienne qui a mis sur sa porte au Quebec un écriteau : " la plus vieille Drag-queen du monde ".
A Opodo, une conasse m’a promis un remboursement sous huitaine en me taxant, en dehors des 100 euros déjà volés, 50 euros ! Frais de dossier, a-t-elle dit. Et si vous ne comprenez pas, voyagez avec d’autres, a-t-elle ajouté !
A la FNAC ( Franchement Nul A Chier, comme disent les jeunes), la caissière a failli faire une syncope en me voyant sortir mon chéquier ! Mais, on ne prend plus les chèques depuis la fin du siècle dernier, m’a-t-elle dit. Le 19ème, vous voulez dire ? Oui ! Répond-t-elle.
Le cadeau de Noël de Jacky est compromis ! Je peux toujours emprunter à ... _ Opodo !
A suivre ...

Samedi :
Ce matin je cherche à me reposer, déjà. J’entre dans un café : postes de TV partout et music à tue-tête. Où puis-je me mettre au calme ? Demandais- je au serveur. Mets-je toi ici et ne fais-je pas trop chier ! A-t-il rétorqué. Une dame à côte avait les pieds sur une chaise. Je les regarde avec étonnement. Vous n’avez pas de problèmes de circulation, vous ! M’a-t-elle dit. Non, Madame, j’ai répondu. Mais j’ai de graves problèmes de prostate. Ce n’est pas pour autant que je vais étaler ma grosse **** sur une chaise ! Grosse, grosse, vous exagérez, vous. Ironisa-t-elle. Votre nez et votre pouce sont trop petits pour en avoir une grosse, ajoute-elle.
Tiens, je ne connais pas ces critères !
Tous les couples alentour étaient deux fois seuls. Tous, les yeux rivés sur smartphones et tablettes. Aucune conversation, aucun échange, aucune communication. Une femme finit par dire à son mari, sans le regarder : je suis fatiguée. Il la regarde, étonné qu’elle parle, mais blasé, il retrouve du regard sa tablette.
Deux noirs à l’allure d’handicapés physiques, avaient simplement les 4 mains vissées sur 4 portables, vissés sur 4 oreilles, vissées sur ... Quoi au juste ? Handicapés mentaux, sans doute.
J’entre dans un café-tabac nommé Le Massif Central. Un Rothman bleu SVP, dis-je. Le Chinois derrière le comptoir répond : shicheZEurosChacante.
Ça ne sonne pas très bougnat auvergnat, pensé-je.
J’ai du mal à me remettre de la pizza d’hier soir, qui de par son aspect m’a fait plus peur que les scènes du film l’Exorciste ! La scène du vomis vert, notamment.
Un sentiment de survie...
Avec un peu de chance, Sarko sera élu à la présidence de l’UMP ! Ça augure mal 2017. ... ( c’est fait depuis ).
Voleuse finira bien par m’appeler ou m’adresser un mail.
A demain depuis S

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0