C’est pas qu’on s’ennuie...
Accueil du site > LE FRANÇOIS > PROPOSITIONS > • christophe le françois : MÉMOIRES D’UNE EXPOSITION 1

• christophe le françois :
MÉMOIRES D’UNE EXPOSITION 1

1993

lundi 8 décembre 2008, par clf

Mémoires d’une exposition / Interdits de conserve / A consommer sur place



Du 19 juillet au 14 août 1993 quelque chose était présenté.

Ce quelque chose, ainsi que différentes traces produites par la préparation du projet, n’ont pas été conservés : l’objet plastique, fabriqué à partir d’idées posées a priori, et mises en jeu par le lieu (un compte-tenu du contexte local), est un pré-texte.

L’œuvre n’est pas le quelque chose en question mais ce qui s’est constitué, et se constitue encore, en mémoires dispersées à partir de ce qui a été vu, entendu, lu perçu ou aperçu.

Le dispositif prévoit trois enquêtes sur l’œuvre qui s’élabore. Les éléments collectés sont conservés dans un document : mémoires d’une exposition.

Chaque contributeur est coauteur de cette réalisation. Viendront les questions de savoir comment la présenter mais également comment la conserver.

L’espace de l’activité déclenchée et sa temporalité forment un laboratoire au sujet de ce qui est perçu, de ce qui est réalisé et de ce qui est réfléchi.






Premier courrier adressé aux personnes invitées


Auvers-sur-Oise, le 7/12/1993

Chers amis,

Du 19 juillet au 14 août quelque chose - qui a été consommé - était présenté dans un restaurant parisien sous le titre : interdits de conserve.

L’œuvre n’est pas le quelque chose en question mais ce qui s’est constitué, et se constitue encore, en mémoires dispersées à partir de ce qui a été vu, entendu, lu, perçu ou aperçu (le fait d’avoir été informé vous implique nécessairement).

Cher co-auteur de l’œuvre pourriez-vous indiquer, sur le document ci-joint, comment se manifeste votre mémoire/souvenir de cet événement (vos indications prendront la forme que vous souhaitez : description, appréciation, dessins, coloriages, collages, textes, photographies si vus en disposez, etc.).

Une réponse de votre part vous engagera comme co-auteur d’un objet collectif dont la gestion est précisée dans le document joint.

Amicalement, meilleurs vœux



Notes

  • "Cela même que l’on sait lorsque nul ne nous interroge à son sujet, mais que l’on cesse de savoir aussitôt qu’on veut l’exprimer, c’est quelque chose dont il faut se souvenir. (Et apparemment quelque chose dont on a du mal à se souvenir pour une raison quelconque).
    L. Wittgenstein, investigation 89.

  • "Cette opposition entre connaissance et reconnaissance est d’ailleurs celle de l’intelligence et de la mémoire. Et si l’on s’ouvre à l’avenir, même quand l’objet de son analyse est passé, si l’intelligence n’est plus rien de plus que la faculté de projet, et par là négation du temps, l’autre, consistant dans l’union du passé et du présent, la mémoire est en nous le temps lui-même."
    G. Bataille, L’expérience intérieure.



Un document joint au courrier, de format A3 et millimétré, comportait cette note à compléter : Je soussigné(e) ... autorise Christophe Le François à disposer de ce document comme bon lui semble. Dans le cas d’une proposition d’achat du document collectif originle, la ventre devra être décidée par l’ensemble de ses co-auteurs, et son bénéfice réparti. A ..., le... , signature...







Détails de quelques retours :








































à proposdroits des auteurs

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0