C’est pas qu’on s’ennuie...
Accueil du site > 🔺🔻 D’ISOLA & LE FRANÇOIS > • DISPOSITIFS ACTUALISABLES > • d’isola ¬ le françois : BASE DE DONNÉES MOBILE

• d’isola ¬ le françois :
BASE DE DONNÉES MOBILE

(dispositif, 2000)

mercredi 3 janvier 2007, par clf

"Mobile database" includes information, audio-visual materials, digital equipment and artistic notations. The visitors are invited to contribute to an ongoing activity. With the notations the interested people can re-interpret the already proposed events, at home, as we can do with a sheet of music.

Le dispositif propose des ressources, du matériel de consultation ainsi que des documents produits et rassemblés à l’occasion d’événements conduits dans le cadre de l’activité artistique collaborative du projet RDV (1998-2005).

Il est complété de processus d’activation des publics.

Dernière actualisation dans le cadre de l’expositon "Contanimations numériques", galerie d’art contemporain, Auvers-sur-Oise (2018) : Base de données mobile (2000-2018)

Versions antérieures :

Version atelier, 1999

Présentation à l’université Paris 1 (L’archivage comme activité artistique ; voir la publication) et dans le cadre du 10e symposium des arts électroniques ISEA 2000

Salon Pusl’art, le Mans, 2001

Salon Jeune Création, Paris, 2002


Titre : Base de données mobile
Dispositif présenté lors du 10e symposium des arts électroniques ISEA 2000 (catalogue), et installé dans l’exposition « aaa », université Paris 1, (coordination Karen O’Rourke, catalogue) ; utilisé diversement par la suite.

Description : le dispositif initial est composé de :

  • deux systèmes d’étagères (montants métalliques, 4 étagères d’origine en medium, 2 étagères modifiées),
  • un tabouret,
  • les archives de l’activité RDV,
  • des éditions permettant de s’informer au sujet de ces événements ou permettant de les reconduire (pochettes suspendues),
  • un présentoir de cartes postales fixé sur le côté droit,
  • de matériels audiovisuels et informatiques :
    • un projecteur de diapositives,
    • une télévision,
    • un magnétoscope,
    • un ordinateur connecté à Internet.

Cette première installation a été complétée de paniers en plastiques fixés sur le côté gauche dans lequel était placée une documentation pour les publics.

L’installation a techniquement évolué avec l’apparition sur le marché de nouveaux matériels techniques informatiques et audiovisuels bon marché. Elle s’actualise désormais au fur et à mesure du développement numérique.

Actualisation :

Le dispositif est conçu pour activer un espace public. Différents matériels permettent une consultation documentaire et d’intervenir. Ces matériels sont actualisés en fonction de l’évolution des technologies. Ils permettent :

  • de visualiser des films,
  • de visualiser des images fixes,
  • de conduire diverses activités (workshops),
  • de consulter des informations sur support numériques ou en ligne.

Toute personne intéressée peut également contribuer à l’activité en cours, conduire des recherches documentaires, conserver une trace de la proposition en prenant des documents gratuits ou acquérir des scripts d’événements disponibles.

Ces scripts d’événements reconductibles sont disponibles sous la forme de pochettes suspendues à des cintres contenant les informations utiles (d’où résultent leur appellation : prêt-à-porter culturel — papc).

Ce dispositif a été actualisé à diverses reprises :

  • « aaa. L’archivage comme activité artistique », 6 au 16 décembre, Salle Michel Journiac, Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne, université Paris 1, coordination Karen O’Rourke, catalogue.
  • ISEA 2000 (10e symposium des arts électroniques). Présentation dans le cadre du symposium des arts électronique IESA (décembre 2000), Catalogue p. 95
  • PULSART, Le Mans, 2001.
  • JEUNE CRÉATION, 2002.
  • CONTAMINATIONS NUMÉRIQUES, 2018

Publication : aaa. L’archivage comme activité artistique





biographiedroits des auteurs

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0