C’est pas qu’on s’ennuie...
Accueil du site > D’ISOLA & LE FRANÇOIS > ACTIVITÉS > • patricia d’isola & christophe le françois - ACTIVITÉS

• patricia d’isola & christophe le françois - ACTIVITÉS

lundi 24 septembre 2007, par clf

© Christiane AINSLEY

Contacts par mail : patricia d’isola, christophe le françois


Actualité


On ne sait pas vraiment comment ça a commencé - Une exposition pour les petits et les grands
Galerie d’art contemporain, Auvers-sur-Oise, jusqu’au 25 novembre.
+ d’informations




  • Scène 1 : Entre-deux. Une situation interactive confronte des imaginaires enfantins et adultes au sein de trois espaces liés ; celui des adultes, conçu à partir d’une revue de presse visuelle de la publication Courrier international, celui des enfants qui regroupe des objets et des images associés à leur univers, et un espace intermédiaire, un entre-deux que les visiteurs s’approprient à l’aide de textes et de dessins muraux.

  • Scène 2 : Tout l’univers recyclé (gâteaux de livres). Des encyclopédies et des bandes dessinées abandonnées sont broyées et transformées pour obtenir une nouvelle matière première. On peut y voir deux préoccupations actuelles, d’un côté la révolution numérique qui met au second plan l’écrit imprimé et sa culture associée, de l’autre la prise de conscience collective d’un bouleversement environnemental sans précédent. La scénographie s’organise autour de travaux réalisés avec les élèves éco-délégués du collège Daubigny lors de l’année scolaire 2017-18, dans le cadre d’un atelier artistique associé à un projet de familiarisation avec la notion de développement durable.

  • Scène 3 : Algorithme en résonance. En 1936 le mathématicien Alan Turing invente le principe d’une machine à calculer programmable universelle. Depuis, la pensée technicienne s’évertue à transformer notre monde en données calculables. Mais nous savons que l’art, et plus généralement la créativité humaine, ne sont pas calculables hormis quelques processus répétitifs. D’où cet algorithme critique, constitué d’une multitude de pensées à la fois dispersées et associées par des instructions, qui parodie le phantasme d’une machine sensée reproduire l’humain.

  • Scène 4 : Pêle-mêle. Les travaux de notre atelier-quotidien, dont l’ensemble témoigne du lieu où les idées apparaissent, ruminées par les processus expressifs, pour former un espace où essais, tentatives et discussions s’entremêlent.

  • Scène 5 : On ne sais pas comment ça a commencé. Le plastique protège le mimosa du froid tout en laissant passer la lumière, mais favorise le développement des champignons et de moisissures ; la plante n’a pas survécu. Ce télescopage entre un artifice humain, le matériau plastique, pratique mais devenu encombrant, et le vivant végétal, symbolise une situation marquée par des inquiétudes multiples ; que celles-ci concernent les gens et leur alimentation, les modifications climatiques ou encore la constitution de l’Anthropocène, nouvelle strate géologique saturée de plastique. Relayé par la critique.org

  • Publication


Travaux récents


Algorithme de proximité (2018) Base de données mobile (2000-2018) småland_1 On ne sait pas vraiment comment cela a commencé (2015) Murmures d'ensemble (depuis 2000)

Fil rouge (2011, commande publique pour la bibliothèque multimédia de Guéret, en collaboration avec Katerine Louineau) Emporte-pièces (Depuis 2002) Comment expliquer l'art actuel à un enfant impatient ? (Depuis 2003) Territoires provisoires (chorégraphie d'Annie Dumont, 2004)



Dispositifs, recherches et participations


Algorithme de proximité
Exposition "Contaminations numériques", Galerie d’art contemporain, Auvers-sur-Oise, collectif Grap’s. Février/mars 2018
Lumières
The summer show : lights organisé par Christiane Ainsley, Art Mandat, Tannerie des perles, Barjols. Août/septembre 2017
Déjà vendu
L’art dans les jardins, Auvers-sur-Oise, 2016
Ordre du jour (titre provisoire)
L’art dans les jardins, Auvers-sur-Oise, 2016
Emporte-pièces
Exposition MUZEUM organisée par Jeanne Laurent à la Galerie du Génie de la Bastille du 5 au 10 janvier 2016
On ne sait pas vraiment comment cela a commencé, H24
The summer show : le couple organisé par Christiane Ainsley, Art Mandat, Tannerie des perles, Barjols, 2015
Les guetteurs
L’art dans les jardins, Auvers-sur-Oise, 2015
Vietnam 2012
Bruits de fond, galerie d’art contemporain, Auvers-sur-Oise, 2014 ; site associé
Bruits de fond
Exposition personnelle, galerie d’art contemporain, Auvers-sur-Oise, 2014
Homeless
Intervention, 2013 ; L’art dans les jardins, Auvers-sur-Oise
Agiter avant de servir
Exposition à la Librairie Galerie la 23e marche, 2012
Fil rouge
1% bibliothèque multimédia de Guéret Saint-Vaury, en collaboration avec katerine louineau, 2010
Usages du voyage
Interventions, Indonésie, Thaïlande, 2010
Apéro, Édition, 2009
Accroche-toi, Édition, 2009
Déshabillez-moi, 2009
Forêt de mots
Mairie de Paris du 11e, 2008
Brèves de comptoir
La Marjolaine, Plazac, 2007
You make money, they die
Solidays, CPJ
Mairie de Paris, 2005
Il manque 50 millions de femmes en Chine
CPJ, Mairie de Paris, 2005
Territoires provisoires
Chorégraphie de ANNIE DUMONT, 2004
Comment expliquer l’art actuel à un enfant impatient ?
ENAD Limoges, CAMPING, 2003 ; PROMENADE dans l’ART d’AUJOURD’HUI, Parc Van Gogh, Auvers-sur-Oise, 2003
Activités, Jeune Création, 2002
Emporte-pièces
ART en DÉPÔT – bagages posés. Château de Nedde, Vassivière en Limousin, juillet-août 2002. LAC & S, AACE, JEUNE CRÉATION, LE PAYS OÙ LE CIEL EST TOUJOURS BLEU
Art clandestin et pratiques interstitielles
Cimaises et Portiques d’Albi, CNEAI de Châtou, le Parc Saint Léger, FRAC Lorraine, l’ODDC de Saint-Brieuc, 2001 ; projet Bibliobus : Prêt-à-porter culturel
On sait ce qu’on perd, on ne sait pas ce qu’on gagne
INSENSE, Sens (2001), Ateliers techniques de la ville
Base de données mobiles
Médiathèque de PARIS, Université Paris 1, 2000
Amitiés critiques
CREDAC, 2000
RDV murmures de quartier, 1998-2004


Les travaux personnels de patricia
Les travaux personnels de christophe



- Les propositions développées en interaction avec des publics ont été associées au projet de recherche européen EMEE, EuroVison Museums Exhibiting Europe dans la le cadre d’un mapping process :


Note d’activité


On commence par une sorte de cueillette de l’ordinaire.

L’esprit se tient prêt pour capter ce qui fait mouche : une situation, un agacement, un événement, une attitude, un regard, une lecture, un joli mot, une disposition d’objets, une dispute, le bazar encombré du bureau et les tentatives pour l’organiser.

Ça donne une liste d’idées.

Après on discute, ou pas.

Quand on s’engueule, c’est qu’il y a sans doute du potentiel ; mais faut voir, bien souvent on est seulement fatigués et ça dérape sur des problèmes que tout le monde connaît et que c’est donc pas la peine de les rapporter ici, même si l’art c’est la vie et réciproquement et que, de fait, on pourrait tout-à-fait imaginer travailler avec ; mais bon, Ben, Sophie Calle et d’autres le font avec tellement d’acharnement artistique qu’on va éviter d’en rajouter.

Pour revenir à notre manière de faire, il y a des idées évidentes, alors c’est tout de suite fait. Mais la plupart du temps c’est plus long : faut se mettre d’accord sur le fond, trouver la forme, articuler le fond et la forme, réaliser le truc concrètement et voir ce que ça donne ; en gardant à l’esprit que ça doit être léger, mobile, modulaire, transportable, recyclable, interactif et facile à stocker.

Ergonomique en un mot.

Ensuite, on montre le truc en question. Les gens sont sollicités. par exemple on leur donne des petites cartes portant des inscriptions rigolotes ou des citations de personnes qui font penser. On distribue des questionnaires demandant ce qu’ils pensent de l’art. Les gens aiment bien donner leurs opinions alors le débat s’installe et on voit si ça tient la route. On ajuste en conséquence.

Du coup, le truc du départ mute en zone proximale de développement esthétique coproduite par de multiples contributeurs.

Ça c’est l’idéal, mais parfois on se lâche dans des gros trucs sérieux qui nous prennent des mois à monter. Comme quoi on a encore une marge de progression pour ne pas faire de choses trop compliquées.

Parce qu’il y a des activités qu’on aime bien par ailleurs et qui nous occupent beaucoup : faire du feu quand la neige tombe, discuter à table, se vautrer dans le canapé devant une série ou un film de Duras, papoter via les réseaux, lire un bouquin avec la petite, préparer un repas, s’énerver franchement devant tant de connerie dont il faut bien dire que c’est la chose la mieux partagée au monde ; et surtout boire du café ou du vin avec les amis.



- Problématiques développées :

  • On essaie de développer chaque activité de manière autonome et le plus complètement possible (conception, mise en œuvre, communication, édition, médiation)
  • L’émergence des technologies numériques modifie l’écosystème artistique, nous cherchons à voir quelles portes elles ouvrent sans nécessairement en faire usage dans nos propositions. Par exemple, le dispositif murmures d’ensemble est tiré du principe du zapping induit par la multiplicité des écrans et le multi-fenêtrage, ou encore les algorithmes poétiques sont réalisés en lien avec la numérisation de notre environnement.
  • Nous tentons d’installer des zones proximales de développement esthétique autour de questionnements actuels à l’aide de dispositifs actualisables et/ou en concevant des #œuvres-ateliers sous la forme de situations d’échange et/ou de coopération.

- Dispositifs et protocoles actualisables :


Liens rapides dans cette page :


- Activités, dispositifs et interventions

  • Heureux qui comme unique, mise en place de quelques sites en vue de documenter publiquement ce qu’on bouine ensemble (2006-2007).

  • Murmure d’ensemble, installation d’une zone proximale de développement esthétique à partir d’un problème politique : en contrepartie d’un murmure donné, une personne intéressée fournit un texte qui donne lieu à la confection sur place d’un nouveau murmure. Le public est l’espace de présentation. Chaque personne intéressée porte sur elle la carte/badge choisie ou l’installe dans son environnement. Au fur et à mesure de la diffusion, des murmures colorés se propagent dans l’espace collectif. Les productions réalisées sur place donnent lieu à un accrochage léger et mobile ou se combinent avec d’autres dispositifs.
    • Forêt de mots. Mairie du 11e, Paris ; 2008
    • Brèves de comptoir. La Marjolaine, Plazac, 2007.
    • Il manque 50 millions de femmes en Chine. Intervention réalisée dans le cadre de Trois jours d’actions contre les discriminations faites aux femmes, Mairie de Paris, Conseil Parisien de la Jeunesse ; 2005
    • You make money, we die. Intervention réalisée dans le cadre de Solydays, festival militant, avec la Mairie de Paris et le Conseil Parisien de la Jeunesse ; 2005
    • Journée internationale de lutte contre le SIDA, Café Cerise, avec le Conseil de Jeunesse du deuxième arrondissement d la ville de Paris ; 2005
    • La Boutique d’en face, événement organisé par le CREDAC (septembre 2000)

  • Territoires provisoires ; avec la compagnie de danse contemporaine Desepices (chorégraphe : Annie Dumont). Chaque intervention provoque une situation de partage et de télescopage entre la danse, la musique et une installation visuelle qui reprend le principe de comment expliquer l’art actuel à un enfant impatient ?
    • Ville de Sannoix, 2004
    • Musée de l’éducation de Saint Ouen l’Aumone, 2004
    • Ville de Fosse, 2004
    • Ville d’Auvers-sur-Oise, 2005

  • Comment expliquer l’art actuel à un enfant impatient ? Une collection de petits textes sans importance, où se cotoient Duras, Bourdieu, Duchamp, Schön, Kaprow, Maciunas, Piaget, Giordan, Bataille, Kauffmann, Beuys, Vygotski, Calle, Broodthaers, Ponge, de Certeau, Filliou, Hesse, Duras, Art & Language, Molnar, Blanchot, Zay, Day, Bourdieu, Burden, Arendt, Jeudy, de Keersmæker, Bausch, Musil, Boal, Nadj, Levi-Strauss, Jabès, Barthes, Adorno, Perrot (Michèle), Foucault, Kaufmann, Moulin (Raymonde), Buchloh, Heinich et plein de textes d’anomymes contributeurs.
    Impossible à percevoir d’un trait, impossible à quitter, divertissant, imprévisible, absolument inutile, donc absolument indispensable.
    • 50 ans, 50 envies, 50 projets, 50 plaisirs, 50 coups à boire, 50 amis... 2007, La Lavelière
    • TERRITOIRES PROVISOIRES, 2004-2005 : chorégraphie de Annie DUMONT
    • CAMPING 2003, ENAD Limoges : plantation d’un champ de murmures sur la lisière d’un petit bois bordant l’école d’art, planquée dans un petit bois, avec vue sur le collège et les cités environnantes
    • Parc Van GOGH, OMC Auvers-sur-Oise : sur le chemin des écoliers, plantation d’un champ de murmures dans un parc ombragé et bien entretenu envahi par des japonais surtout venus zieuter la tombe de Vincent et qui se demandent s’il s’agit d’une gentille animation d’accueil et s’ils ont droit de se servir

  • Emporte-pièces volé. Dans l’emporte pièces, y’a tout plein de choses, mais dans le désordre. C’est comme la boîte à couture de maman quand on était p’tits. C’est plein de trucs dedans qu’on sait pas à quoi ça sert, mais qui excitent et fascinent. On a envie de tout sortir, de regarder chaque chose attentivement et de les installer comme on veut. Ça ressemblerait à une petite collection d’art post-conceptuel mise en valise en hommage à qui vous savez ; légère, mobile, modulaire, transportable, recyclable, interactive et facile à stocker ; à compléter à sa guise et à présenter avec légèreté siouplaît en famille, pour les amis ou en public. Les personnes présentes interviennent en commentant ou en complétant l’exposition. Le système d’éclairage est fourni ainsi que le matériel pour installer. La notice rassemble des indications utiles au montage et à la conduite de l’exposition.
    • ART en DÉPÔT – bagages posés. Chateau de Nedde, Vassivière en Limousin, juillet-août 2002. Événement coordonné par LAC & S, en collaboration avec AACE, JEUNE CRÉATION, LE PAYS OÙ LE CIEL EST TOUJOURS BLEU
    • On l’aimait bien, mais quelqu’un nous l’a piqué

  • Activités : ensemble des pratiques de microédition et d’intervention directe auprès des gens, combinant différents dispositifs : Base de données, Murmures en vrac, Murmures choisis, Murmure d’ensemble... et une enquête auprès du public, genre étude du département de prospective du ministère de la culture mais en plus marrant ; avec des questions du type qu’est-ce que vous prenez comme petit déjeuner avant de vous rendre dans une expo d’art actuel ?
    • JEUNE CRÉATION 2002, Paris
    • PULSART 2001, Le Mans

  • Prêt-à-porter culturel n°1. Art clandestin et pratiques interstitielles ; Prêt-à-porter culturel n° 2. L’invention des femmes.
    Prêt-à-porter culturel ou comment mettre à la disposition de tous une documentation pour s’informer à propos d’un événement passé et repenser cet événement dans l’idée de le reconduire.
    Les ressources, les archives et divers accessoires constituent une notation plastique qui fournit, comme pour des partitions musicales, l’exposé sommaire d’une activité à conduire et des indications pour la reprendre correctement.
    • STOCK ZÉRO 2002. La Box, École Nationale des Beaux Arts de Bourges et itinérance. Dépôt dans un fond de multiples accessible aux visiteurs de La Box ainsi qu’à toutes les structures ou associations souhaitant emprunter ponctuellement une partie de ce fond
    • BIBLIOBUS 2001. Présentation de deux éditions. Bibliobus est une proposition itinérante initiée par le Centre d’art Cimaises et Portiques d’Albi et coordonnée par P. Zunino (en partenariat avec le centre d’art CNEAI de Châtou, le centre d’art le Parc Saint Léger, le FRAC Lorraine et l’ODDC de Saint-Brieuc)

  • Base de données mobile : chaque personne peut consulter les documents rassemblés qui témoignent des événements conduits dans le cadre de l’activité RDV ; elle peut également contribuer à l’activité en cours, conduire des recherches documentaires élargies, acquérir des scripts d’événements reconductibles sous la forme de packages documentaires ou conserver une trace de la proposition en prenant des documents disponibles à la diffusion libre.
    • Exposition « aaa », université Paris 1, (coordination Karen O’Rourke), catalogue
    • ISEA 2000 (10e symposium des arts électroniques). intervention dans le cadre du symposium des arts électronique IESA (décembre 2000), Catalogue p. 95

  • Amitiés critiques : présentation au public de l’activité RDV et exploration de la question suivante : dans quelle mesure l’activité RDV, ancrée dans une réalité locale, peut-elle s’exporter dans le réseau de diffusion de l’art contemporain ?

  • Stand documentaire : installation d’une documentation relative aux différentes activités menées dans le cadre de l’activité rdv
    • PULSART, Maison des jeunes Gérard Philippe du Mans (printemps 2000)
    • Journée du patrimoine, Auvers-sur-Oise, 1999

  • i sont beaux mes tableaux : installation d’une documentation et présentation d’oeuvres d’amis sur un étal dans un marché de légumes, de poissons et de charcuterie
    • PULSART 2001, Le Mans
    • Marché Roublot, Fontenay-sous-bois (1999)


- Commande publique

  • Le fil rouge, bibliothèque multimédia, Guéret. En collaboration avec Katerine Louineau. 2009





- Événements conçus et réalisés dans le cadre de différents partenariats

  • Des livres à venir (2002-2004). Le principe de l’exposition repose sur l’idée de mêler des travaux d’artistes mobilisés par la question du livre d’artiste et des ateliers de pratique pour le public.
    Il en résulte des oeuvres-ateliers installées dans un parcours permettant au visiteur d’observer les oeuvres, de contribuer à leur développement et de découvrir des principes d’action artistique singuliers.
    En partenariat avec :
    . le Conseil Général du Val d’Oise
    . les villes d’Argenteuil, d’Auvers-sur-oise, d’Enghien-les-bains et de Taverny
    . la DRAC IDF
    . le rectorat de l’Académie de Versailles
    • Argument : dans les années 60 et 70, des artistes ont cherché des moyens de diffusion à l’aide de supports peu onéreux et accessibles à chacun. Le livre, dans sa forme banale et familière, s’offrait comme un support idéal (mais il s’agira, du coup, de se distinguer du livre illustré ou livre de peintre et des éditions de luxe).
      Aujourd’hui, d’autres supports et moyens sont apparus : les techniques de reproduction domestiques (imprimante, photocopieuse, cédérom, vidéo) et les techniques de communication banalisées (télécopie, Internet, Web).
      D’autres questions ont également pris de l’ampleur : en particulier comment prendre en compte les relations avec les gens ?
      Les artistes présents offrent un éventail de réponses plastiques aux questions ainsi posées, qui permettront aux visiteurs d’apprécier la richesse du débat artistique contemporain à ce sujet.
    • Avec Bordercartograph, David Boeno, Marie-Paule Cassagne, Jean-François Demeure, Fabien Hommet, Karen o’Rourke, le stock zéro (géré par Philippe Zunino)
    • Exposition itinérante comprenant des œuvres et des ateliers pour les publics :
      . centres des arts, Enghien
      . médiathèque Gerard Philippe, Taverny
      . à propos d’art, Argenteuil
      . galerie d’art contemporain, Auvers-sur-Oise
    • Catalogue proposé sous la forme d’un livre d’artiste à compléter dans les différentes oeuvres-atelier proposées par les artistes
    • Documentation vidéo et photographique
  • Auvers 0.1 : Alexandra Sà (2001, à la maison). Événement soutenu par le Conseil Général du Val d’Oise
  • Déjà vu, déjà dit, déjà fait : Fabien Hommet (2001, à la maison). Événement soutenu par le Conseil Général du Val d’Oise
  • Variables et provisoires / Autour de l’art abstrait, 2000. Deux événements complémentaires conçus pour présenter aux publics des pratiques artistiques contemporaines et leur proposer des ateliers de pratique :
    • L’un présentait à la galerie d’Auvers-sur-Oise un ensemble de pratiques proposées par Léo Delarue et Antoine Perrot
    • L’autre regroupait 8 ateliers pédagogiques à l’orangerie du Château d’Auvers, élaborés pour explorer les problèmes artistiques cernés par ce courant et repérer les procédés artistiques inventés pour y répondre.
    • Avec Erwan Ballan, Martin Bourdanove, Claude Briand-Picard, Claire D’albis, Dominique de Beir, Léo Delarue, Dominique Dehais, Jean-François Demeure, Patrice Fort, Maelle Labussière, Stephen Maas, Antoine Perrot, Pascal Ravel, François Schimtt, Ghislaine Vappereau
    • Edition d’une série de cartes postales pour chacun des artistes
    • Réalisation d’une vidéo
    • En partenariat avec le Conseil Général du Val d’Oise, le Château d’Auvers et la ville d’Auvers-sur-Oise
  • ArTchivage (2000, à la maison). Autour de la question de la production documentaire et de l’archivage en relation avec technologies de l’information et de la communication
    • Avec Elvire Bastendorff, Marie-Hélène Boisdur de Toffol, Sophie Coiffier, Sharon Daniel, Reynald Drouhin, Luc François Granier, Anna Guilló, Eduardo Kac, Xavier Lambert, Christophe Le François, Daphné Le Sergent, Judy Malloy, Lev Manovich, Arthur Matuck, Robert Nideffer, Edson de Oliveiro, Fabrice Oehl, Karen O’Rourke, Gilbertto Prado, Victoria Vesna
    • En partenariat avec l’Université Paris 1 et le CNRS
    • Réalisation d’une documentation et d’une vidéo
  • Faut qu’ça brille (2000, à la maison). De l’usage de la lumière, comme source d’éclairage propre de l’œuvre et de l’espace de présentation. Un classique toujours apprécié
    • Attia Bousbaa, David Boeno, Frédéric Develay, Patricia d’Isola, Sandrine Fallet, Jacques Farine, Okuyama, François Pourtaud, Karine Rapinat, Godefroy Quintanilla, Vera Röhm, Jacques Sultan, Kayoko Tada
    • Réalisation d’une documentation et d’une vidéo
  • L’invention des femmes (2000, à la maison et à la galerie d’Auvers-sur-Oise). Reprise d’un événement conçu par Marie-Hélène Dumas à propos du sexisme dans l’appréciation historique de l’art Moderne et de l’art actuel
    • Avec Michèle Antoine, Ben, Attia Bousbaa, Marie-Paule Cassagne, Mimi Chédru, Régine Cirotteau, Marie-Laure Colra-Taft, Ève Couturier, Patricia d’Isola, Marie-Hélène Dumas, Véronique Elléna, Laurie karp, Christophe Le François, Maglione, Gudrun von Maltzan, Hélène Marquié, Jacques Monory, Daniel Nadaud, Name Diffusion, Christine O’Loughlin, Orlan, Dominique Pallier, Biagio Pancino, Jacques Poli, Muriel Poli, Eric provenchère, Béatrice Seguin, Esther Shalev-Gerz, Olivier Soulerin, Pierre Tilman, Marie-Hélène Vincent
    • En partenariat avec la ville d’Auvers-sur-Oise et la DRAC IDF
    • Cet événement a été monté une première fois à Fontenay-sous-bois avec le soutien de la ville
    • Réalisation d’une documentation et d’une vidéo et d’une édition prêt-à-porter culturel n°2
  • La p’tite collectionne (2000, à la maison). Nine, 4 ans, présente sa collection, avec la complicité d’ Attia Bousbaa
    • avec Aurèle-Aurèle, Eric Arlix, Ian Bacou, Olivier Blanckart, Attia Bousbaa, Frédéric Develay, Charles Dreyfus, Miquel Forrellad, Guérilla Girls, Eric Lampée, Asher Lev, Emmanuel Monzon, Daniel Négo, Antoine Perrot, M.M. Périsse, François Pourtaud, Produits Bruts, La République du Neverland, Caecilia Tripp, Mitsutaka Wada, Norma Wilhem
    • Réalisation d’une documentation et d’une vidéo
  • Art clandestin et pratiques interstitielles (1999, à la maison).
    • Avec AAA, Exogène, Free Land / Syndicat Potentiel, Guérilla girls, H, Méthylia & Co - réseau mobile, La république du Neverland, Non mais sans blague, Paul Hisson, Produits Bruts, Sans y paraître, Trues lies - Attia Bousbaa was...
    • Réalisation d’une documentation, d’une vidéo et d’une édition prêt-à-porter culturel n°1
  • Fluide, flexible, variable, femme (1999, à la maison)
    • Avec Xavier Boggio en collaboration avec Olivier Verley, Michèle Cabaret, Patricia d’Isola, Fabienne Ferrandi, Hélène Herbosa, Michèle Laveix, Olivier et Christophe Le François, Geneviève Loumiet, Francine Maurice, Lila Moubri, Agnès Pal, Liza Purice, Karine Rapinat, Jacques Sultan, Teruhisa Suzuki, Fanny Viollet
    • Réalisation d’une documentation et d’une vidéo
  • Ceci n’est pas de l’art japonais (1999, à la maison). Événement conçu avec la complicité de Teruhisa Suzuki
    • Avec Yoshinori Hosoki (Room), Masayuki Kai , Aki Lumi, Takesada Matsutani, Okuyama, Yuki Onodera, Eizo Sakata, Yachiyo Sako, Teruhisa Suzuki, Kayoko Tada
    • Réalisation d’une documentation et d’une vidéo
  • Jérusalem en Méditerranée, en partenariat avec la ville d’Auvers-sur-Oise (1999)
    • Conception : Daniel NEGO
    • Présentation à la maison et à la galerie d’Auvers-sur-Oise
    • Catalogue
    • Réalisation d’une documentation et d’une vidéo
  • RDV 2 (1998 à la maison)
    • Avec Bacou, Ballan, Boggio, Bousbaa, Burzynski, Catry, d’Isola, Fava, Forrellad, Hermle, Krompholtz, Lecocq, Maurice, Monzon, Mourey, Mucheron, Nakajima, Nego, Nitescu, Pancino, Perrot, Dewez-Sancho, Sultan, Suzuki, Verley, Wada, Yokota
    • Réalisation d’une documentation et d’une vidéo
  • RDV 1 (1998, à la maison)
    • Avec Iane Bacou, Patricia d’Isola, Miquel Forrellad, Christophe et Olivier Le François, Pierre Lenz, Maurice Francine, Daniel Nego, La République du Neverland, Jacques Sultan, Teruhisa Suzuki, Mitsutaka Wada
    • Réalisation d’une documentation et d’une vidéo


- Publications / Éditions

  • Des livres à venir, catalogue de l’exposition et vidéo. Éditions RDV, Auvers-sur-Oise, 2004
  • Autour de l’art abstrait, vidéo de l’exposition "Autour de l’art abstrait" et "Variables et provisoires". Éditions RDV, Auvers-sur-Oise, 2004
  • Prêt-à-porter culturel n°1. Art clandestin et pratiques interstitielles ; Prêt-à-porter culturel n° 2. L’invention des femme. Éditions RDV, Auvers-sur-Oise, 2002
  • Faut qu’ça brille, vidéo de l’exposition. Éditions RDV, Auvers-sur-Oise, 2000
  • Anne-Marie, Nadia, Hayat..., édition d’une carte postale CARTED 2000-105-2/18. Visuel de l’installation réalisée dans le cadre de l’événement L’invention des femmes
  • ArTchivage, vidéo de l’exposition. Éditions RDV, Auvers-sur-Oise, 2000
  • L’invention des femmes, vidéo de l’exposition. Éditions RDV, Auvers-sur-Oise, 2000
  • L’invention des femmes catalogue de l’exposition. Avec le soutien de l’Office Municipal de la Culture d’Auvers-sur-Oise et de la DRAC IDF. Éditions RDV, Auvers-sur-Oise, 2000
  • La p’tite collectionne, vidéo de l’exposition. Éditions RDV, Auvers-sur-Oise, 2000
  • Vivre avec l’art contemporain, Patricia d’Isola. Journal de bord. Éditions RDV, Auvers-sur-Oise, 2000
  • L’investigation plastique et sa transposition médiatisée : formes documentées, Christophe Le François. Editions RDV, Auvers-sur-Oise, 2000
  • Activités microbiennes, base de données, Patricia d’Isola et Christophe Le François (2000). Catalogue bilingue de l’exposition « aaa. L’archivage comme activité artistique », 6 au 16 décembre, Salle Michel Journiac, Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne
  • Art clandestin et pratiques interstitielles, vidéo de l’exposition. Éditions RDV, Auvers-sur-Oise, 1999 ; Mallette.
  • RDV 1, RDV 2 vidéos des expositions. Éditions RDV, Auvers-sur-Oise, 1998






Les travaux personnels de patricia sont ICI

Ceux de christophe .


Photographies : christiane ainsley, nine le françois—d’isola, annie le françois, patricia d’isola, christophe le françois

biographiedroits des auteurs



SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0